D2 - Les écrevisses gynandromorphes

 

   
Exemple de dimorphisme sexuel
chez un papillon fictif  :
la femelle et le mâle diffèrent
par la forme et la couleur
des ailes et des antennes. 
 

  
 Retour au menu  D

  

         

Le dimorphisme
 
Chez les animaux, il existe entre les mâles et les femelles, des disparités non indispensables à la reproduction : c'est le dimorphisme sexuel.

Le dimorphisme sexuel est l'ensemble des différences morphologiques plus ou moins marquées entre les individus mâles et femelles d'une même espèce. C'est la coexistence de deux formes distinctes.
Exemples : le coq et la poule, le faisan et la faisane, le lion et la lionne, le cerf et la biche...
 


Le gynandromorphisme chez les animaux

Le gynandromorphisme est une anomalie individuelle de certains animaux (surtout chez les insectes), qui juxtaposent des régions mâles et des régions femelles.
Le gynandromorphisme peut être :
- bilatéral : un côté du corps est mâle, l'autre côté est femelle,
- en mosaïque : avec des juxtapositions d'organes mâles et femelles plus ou moins complexes.
 

    
Un papillon fictif
atteint de gynandromorphie
bilatérale

 

     
  Le sujet gynandromorphe montre :    
 - à gauche :
la morphologie du papillon femelle
- à droite :
la morphologie du papillon mâle
 

 

Le gynandromorphisme chez les écrevisses

Entre les mâles et les femelles, il existe des disparités non indispensables à la reproduction : c'est le dimorphisme sexuel. Il faut pour le remarquer observer des sujets d'âge ou de taille égale. A âge égal, les mâles sont de 10 à 15% plus gros que les femelles et, à taille égale, les femelles ont un abdomen un peu plus large et plus haut que celui des mâles ainsi qu'une poche abdominale plus profonde et les mâles, eux, possèdent des pinces plus puissantes.

L'écrevisse imaginaire* ci-dessous, représente un sujet atteint de gynandromorphisme bilatéral avec une moitié femelle et une moitié mâle qui montrent les deux traits principaux du dimorphisme (grosseur des pinces et largeur de l'abdomen).

     
Une écrevisse fictive
gynandromorphe

  

                                      
Dessin d'une écrevisse imaginaire
montrant une gynandromorphie bilatérale.
Mais cette anomalie théorique
a-t-elle déjà été
rencontrée réellement ?
                                           

 

* ou réelle? On connaît des exemples avérés de cette anomalie morphologique chez des insectes tels les papillons, les coléoptères, les phasmes, les mouches... et aussi chez les copépodes. Existe-t-elle également chez les écrevisses qui sont des crustacés comme les copépodes ?

 

Existe-t-il vraiment des écrevisses gynandromorphes ?

Avez- vous déjà capturé ou vu une écrevisse gynandromorphe ?
Avez-vous déjà lu une description d'un tel crustacé ?

Alors, rendez-vous à la page D4.

 

Rappel du plan de navigation du site

Accueil général
(la présente page)


 
Les écrevisses
 

 → Sous-site A
(Clef d'identification des écrevisses)

Sous-site B
(Les écrevisses bleues)

Sous-site C
(La pêche à l'écrevisse)

Sous-site D
(L'étrange vie des écrevisses)
 

 

Retour en haut de page