C1 - La pêche "avec" une écrevisse

Une écrevisse
des eaux lentes
(Orconectes limosus
)

 

Cinq écrevisses potentiellement concernées...

Si l'on écarte  l'écrevisse "à pattes blanches" et l'écrevisse "des torrents" qui vivent dans des eaux très peu fréquentées des carpes et des brochets, 5 espèces d'écrevisses sont des proies potentielles :

1 - L'écrevisse américaine (Orconectes limosus) appelée aussi "petite américaine" ou bien : écrevisse "américaine banale".
C'est l'espèce la plus répandue. Importée des Etats-Unis peu avant la première guerre mondiale, elle a d'abord colonisé le bassin de la Seine puis  les autres fleuves, les rivières, les lacs, les canaux et les retenues les plus diverses.

2 - L'écrevisse de Louisiane (Procambarus clarkii) appelée aussi écrevisse des marais ou bien encore : écrevisse rouge des marais.
Cette écrevisse prospère dans les marais de Louisiane. En France, la première implantation fut réalisée en 1976. Actuellement, on la trouve principalement dans le bas Rhône, dans le bassin aquitain et en Brière. L'extension de ses colonies se fait encore plus rapidement que pour l'écrevisse américaine.

3 - L'écrevisse du Pacifique (Pacifastacus leniusculus) appelée aussi écrevisse de Californie et encore "pacif" ou, surtout, écrevisse "signal".
Originaire également des Etats-Unis, elle fut introduite massivement dans les lacs d'Europe du Nord en 1960, surtout en Suède, puis en France un peu plus tard mais de façon beaucoup plus discrète.  Actuellement, elle se propage dans notre pays par introduction sauvage dans les eaux privées.

4 - L'écrevisse à pattes grêles (Astacus leptodactylus) appelée aussi écrevisse de Turquie ou turque ou bien encore écrevisse de Russie ou russe.
L'espèce est originaire de Turquie et de Russie. La vente, dans les poissonneries, de "pattes grêles" vivantes au moment des fêtes de fin d'année a  favorisé - avec plus ou moins de succès - les implantations sauvages dans de nombreuses eaux closes en général privées.

5 - L'écrevisse à pattes rouges (Astacus astacus) dite aussi écrevisse à pieds rouges ou écrevisse des fleuves
Cette espèce, autrefois présente dans l'Est de la France, a été décimée par l’aphanomycose à la fin du 19ième siècle.
 Actuellement, elle fait l'objet d'élevage et de repeuplements dans des régions de moyennes montagnes et de forêts où les modes de cultures ne demandent ni engrais chimiques ni fongicides.

... et deux espèces effectivement impliquées

Les deux écrevisses principalement utilisées par les pêcheurs comme appâts sont la petite américaine et l'écrevisse rouge des marais car :
- ce sont les plus répandues, les plus faciles à se procurer,
- leur médiocre réputation culinaire incite plus à les utiliser comme appâts que les trois autres uniquement réservées à la cuisine,
- elles sont très résistantes, faciles à conserver et à transporter.
 

  
Identification des 2 écrevisses concernées
par seulement 3 détails caractéristiques
  

Pour voir, cliquer ici

 Petite américaine
(Orconectes limosus)
 

Pour voir, cliquer ici

Ecrevisse de Louisiane
(Procambarus clarkii)

 

   
 E
: Présence d'un ergot
 1 : Le céphalothorax, armé d'épines acérées sur les côtés, montre un rostre bien creusé et flanqué de 2 crêtes épineuses.
 2 : Des taches brunes très caractéristiques sont bien visibles sur la face dorsale de  l'abdomen.
 
   
 E : Présence d'un ergot
 1 : Le céphalothorax, grenu, est violine ou aubergine (parfois bleu) et taché du même rouge que les pattes.
 2 : Les pinces, au dessus grenu et coloré aussi de grenat ou de bleu taché de rouge, sont rouges sur le dessous et très échancrées.
   


La pêche avec une écrevisse utilisée comme appât

Totalement illégale dans les eaux du domaine public, elle peut se pratiquer de deux manières dans les eaux closes  privées :
- au vif (ligne flottante ou posée) : l'écrevisse vivante est attachée à l'hameçon d'une ligne plombée, avec ou sans flotteur, par un élastique ceinturant l'animal à l'abdomen devant le telson ;

      
          
Comment pêcher au vif avec une écrevisse
 

Montage "ligne flottante"
(plombée et flotteur)

Montage "au posé"
(forte plombée et bouée)


- à la dandine : l'écrevisse vivante est attachée de la même manière à l'hameçon et promenée lentement, par saccades,  le long des obstacles des berges.

Une autre façon de pêcher
avec une écrevisse

Montage "à la dandine"
(pas de flotteur)

 


Ce que dit la loi
 

 
Il est interdit d'utiliser comme vifs les espèces susceptibles de provoquer des déséquilibres biologiques ou non inscrites dans la liste des espèces représentées (perche-soleil, poisson-chat, écrevisse américaine, écrevisse de Louisiane...), dans les cours d'eau, canaux, ruisseaux du domaine public ainsi que dans les plans d'eau avec lesquels ils communiquent (Article L.231-3, R.232-3 du Code Rural, arrêté ministériel du 17 décembre 1985).

Retour en haut de page